sevrage bébé têtu

Comment sevrer un bébé têtu

Mon fils de 18 mois peut faire du vélo d’équilibre et utiliser la télécommande du téléviseur, tout en se nourrissant avec la fréquence d’un nouveau-né et l’agilité d’un gymnaste.

Le sevrage de mon premier bébé a été facile. J’ai attrapé un virus de l’estomac dans sa garderie quand il avait 16 mois, j’ai passé deux jours misérables à aller aux toilettes, et quand je suis finalement ressorti pâle, tremblant et remettant en question mes choix de vie, mon fils m’avait remplacé par un biberon. 

Je n’ai pas eu cette chance avec mon plus jeune, qui a maintenant 18 mois, peut faire du vélo d’équilibre et utiliser la télécommande de la télévision, et se nourrit toujours avec la fréquence d’un nouveau-né, mais avec l’agilité d’un gymnaste.

« Alors… Tu penses que tu vas  bientôt arrêter d’allaiter ? me demandent des membres plus âgés de la famille en regardant mon tout-petit rouler sur mon torse, emportant mon mamelon maintenant de quatre pouces de long avec lui dans ses dents. 

« Non. J’aime trop les liens tendres », répondrai-je sèchement alors que mon fils me donne un coup de pied au visage.

Pour les parents qui allaitent leur bébé, décider quand et comment arrêter peut dépendre de leurs préférences personnelles, de leurs finances, des circonstances, du destin et de la volonté de l’enfant d’y renoncer. Certains bébés passeront facilement au biberon ou au gobelet , comme si les derniers mois de lactation et de liaison ne signifiaient rien pour eux. Et d’autres vont cracher leur lait de vache sur vous puis vous sortir de votre chemise.

Il n’y a pas de « bon » moment pour sevrer. L’Organisation mondiale de la santé recommande l’ allaitement exclusif jusqu’à six mois et la poursuite de l’allaitement jusqu’à l’ âge de deux ans ou au-delà . Mais de nombreux enfants commencent à fréquenter la garderie entre 12 et 18 mois, donc vos séances d’allaitement s’arrêteront (ou diminueront en fréquence) naturellement. Et parfois, vous vous sentez simplement épuisé, quelle qu’en soit la raison, mais votre enfant reste obstinément attaché.

Ne désespérez pas. Voici six conseils à garder à l’esprit lorsque vous commencez à imaginer à quoi ressemblera le sevrage pour vous et votre enfant. 

1. La communication est la clé 

Attendre que l’enfant soit plus âgé peut en fait faciliter le sevrage, grâce à la capacité de communiquer avec lui, d’établir des règles et de favoriser un échange mutuel, explique Natalie Borden, consultante en lactation à Calgary, qui est également une doula  certifiée pour l’accouchement et le post – partum. La communication est essentielle, que vous ayez le temps de vous sevrer progressivement ou que vous ayez besoin de faire un changement plus brutal.

Mary Ann Lalonde, maman d’Ottawa, a adopté une approche lente et graduelle lorsqu’elle a senti qu’il était temps de sevrer son tout-petit, Naomi. Elle a remplacé leurs quatre tétées par jour par une tasse de lait à la place, une à la fois, en commençant par le lait avant la sieste lorsque Naomi avait environ un an. Elle a espacé chaque échange d’au moins deux semaines, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que la nourriture avant le coucher, qu’elle a continué à offrir pendant plusieurs mois. Lorsqu’elle était prête à couper la tétée au coucher, Lalonde n’offrait qu’un seul sein, suivi d’une tasse de lait. 

« Je dirais simplement : « Voulez-vous plus de lait ? » Et ensuite, offrez la coupe », dit Lalonde. Après quatre nuits, elle n’a offert que la tasse (pas d’allaitement). Naomi était complètement sevrée vers l’âge de 16 mois.

Au début, Naomi montrait du doigt la chaise où elles allaitaient, comme pour dire « Non, on s’assoit là et on fait ça maintenant », dit Lalonde. Alors Lalonde s’est assurée de lui faire plein de câlins et d’histoires pendant que Naomi sirotait du lait dans sa tasse.

« Cela fait presque un mois maintenant, et elle ne montre plus du doigt la chaise », dit Lalonde.

2. Si possible, allez progressivement

Borden, la Société canadienne de pédiatrie (SCP) et La Leche League International recommandent tous une approche graduelle, comme celle de Lalonde, pour une transition plus douce pour l’enfant et le parent. Vous pouvez commencer avec des limites, comme ne vous nourrir qu’à certains endroits ou à certaines heures de la journée. Vous pouvez également distraire votre tout-petit en vous promenant ou en jouant pendant les périodes où il se nourrissait, a-t-elle ajouté.

Commencez par essayer de laisser tomber les aliments qui les intéressent le moins. Habituellement, ce sont les aliments de jour (pas avant de dormir), dit Borden.

Cela dit, alors que la plupart des experts recommandent une approche graduelle , ce n’est pas toujours possible ou souhaitable. Certains parents ne jurent que par le truc du Bandaid avec les enfants plus âgés. Cela implique de couvrir vos mamelons avec des bandages et d’expliquer à l’enfant que vous avez un « ouchie » et que vous ne pouvez pas allaiter. La communication avec votre enfant (en lui expliquant votre ouchie) est ce qui rend cette méthode brutale possible, mais n’oubliez pas de prendre soin de vos seins, de surveiller les signes d’engorgement ou de canaux obstrués et d’exprimer du lait si vous ressentez une gêne.

Sachez que des approches plus abruptes du sevrage peuvent entraîner des sentiments de dépression , ainsi qu’un risque d’engorgement et même de mammite (une infection du sein), explique Borden, bien que toutes les personnes allaitantes soient différentes. 

« Ce n’est pas parce que nous avons décidé de ne plus offrir de lait que le corps s’en est rendu compte », explique-t-elle.

Certains parents peuvent couper les tétées de jour lorsqu’ils retournent au travail, mais prévoient de continuer à allaiter le matin ou le soir (ceci est également connu sous le nom de sevrage partiel). Tirez ou tirez du lait pendant la journée peut soulager l’inconfort des seins pendant cette période et aider à maintenir votre production de lait pour les tétées nocturnes.

3. Ne proposez pas, mais ne refusez pas

Souvent, l’approche la plus simple et la plus douce du sevrage est « ne pas offrir, mais ne pas refuser », dit Borden. Par exemple, si vous nourrissiez normalement votre tout-petit dans une chaise berçante, vous pourriez éviter cette partie de la maison pour que l’enfant ne soit pas aussi tenté, ou demander à un partenaire non infirmier ou à un soignant de le bercer pour l’endormir ou de le poser pendant leurs siestes pendant environ une semaine à la place, si possible. 

Et si vous avez l’habitude de donner du lait volontairement avant les siestes ou à certains moments de la journée (comme en disant « Il est temps d’allaiter ! » au lieu d’attendre qu’ils le demandent), arrêtez d’offrir. Votre enfant pourrait vous surprendre sans même le remarquer ! S’ils demandent à allaiter, vous pouvez essayer de les distraire avec une activité, une marche ou une collation.

La partie « ne refusez pas » devient un peu plus délicate si votre enfant a l’habitude d’ allaiter pour dormir ou veut toujours du lait avant la sieste. Si vous décidez d’essayer de donner des biberons ou des gobelets, la  SCP recommande de laisser le partenaire non allaitant le proposer, de faire beaucoup de câlins et de proximité au bébé pendant cette période, et de surveiller les signaux que vous pourriez inconsciemment envoyer à votre bébé.

Si votre bébé ou tout-petit compte sur l’allaitement pour s’endormir ou se rendormir la nuit, vous voudrez peut-être envisager une forme douce d’ entraînement au sommeil comme point de départ avant le sevrage.

4. Rendez votre corps moins disponible

Certains experts conseillent aux mères allaitantes de ne  pas porter de soutiens – gorge et de hauts d’ allaitement avec un accès facile ou des fentes coulissantes. Il s’agit d’une approche graduelle qui fonctionne bien en combinaison avec d’autres. Borden est d’accord, ajoutant qu’elle portait parfois des cols roulés ou des couches lors du sevrage de ses enfants. « S’ils pouvaient voir mon cou ou ma poitrine, c’était comme une invitation ouverte. »

Vous avez peut-être entendu d’autres parents allaitants parler de partir en week-end prolongé sans leur bébé ou leur tout-petit afin de se sevrer complètement, mais encore une fois, les experts recommandent généralement une approche plus progressive, à moins que vous n’ayez déjà coupé la plupart de leurs tétées. De plus, votre bébé voudra peut-être recommencer à téter lorsque vous serez à la maison, puis vous reviendrez à la case départ.

5. Raccourcissez vos flux

Une autre option consiste à raccourcir vos tétées et à interrompre votre enfant après une ou deux minutes. Cela réduira également la production de lait d’un parent et rendra finalement l’allaitement moins attrayant pour le tout-petit, explique Borden.

Vous pouvez même constater que votre enfant commence à préférer un biberon ou un gobelet à mesure que votre réserve diminue progressivement.

6. Vous pouvez dire « Non »

Si l’allaitement devient une expérience négative pour vous, n’oubliez pas que vous pouvez dire « non » lorsque votre enfant indique qu’il veut téter. En fait, certains parents trouvent que mettre des limites et des limites à la relation alimentaire augmente leur positivité à son égard, dit Borden.  « Lorsqu’ils ont 18 mois, vous n’êtes pas obligé de l’accepter à chaque fois que le bébé veut téter », dit Borden. 

Allaiter un enfant en bas âge peut être un travail physique épuisant. Elles se tordent, elles tournent, elles exigent, elles gémissent, et elles finissent par apprendre à déclipser votre soutien-gorge d’allaitement. (Juste moi ?) Mais les soins infirmiers ne doivent pas nécessairement être tout ou rien. Établir des règles et des limites peut inverser cette dynamique de pouvoir et vous remettre le contrôle, si vous voulez continuer. (Et si vous ne le faites pas, ce n’est pas grave aussi.)

Mon fils de 18 mois va bientôt commencer la garderie, alors j’ai commencé à dire « non » lorsqu’il sprinte vers notre chaise d’infirmière en criant « DIS ! DIS ! DIS ! » à tout moment de la journée. Mais la nuit, quand il sent la lotion pour bébé et que ses boucles sont encore humides du bain, je le serre contre moi pendant qu’il s’éloigne de mon mamelon. Je me souviens que ce temps précieux ne durera pas éternellement, et comme il se contorsionne d’une manière ou d’une autre en appui renversé alors qu’il est encore verrouillé, je remercie Dieu pour cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.